Au cours d'essais cliniques chez l'enfant et l'adolescent, des comportements suicidaires (tentatives de suicide et pensées suicidaires) et hostiles (plus particulièrement agressivité, comportement d'opposition et colère) ont été plus fréquemment observés chez les patients traités par la Deroxat que chez ceux traités par placebo. Elle pourrait avoir eu, dans un nombre de cas très limité, un effet tératogène. Ne conservez pas vos médicaments dans la salle de bains.